ESPRIT NATURE

La sauvegarde de notre monde humain n'est nulle part ailleurs que dans le coeur humain, la pensée humaine, la responsabilité humaine.
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Le développement durable

Aller en bas 
AuteurMessage
Sakkia
Admin
avatar

Nombre de messages : 165
Age : 39
Localisation : Lot
Date d'inscription : 20/12/2007

MessageSujet: Le développement durable   Mer 2 Jan - 2:40

C'est en juin 1992, au premier "Sommet de la Terre" organisé par les Nations Unies qu'est consacré le terme de "développement durable". 170 chefs d'états et de gouvernements signent un programme d'actions pour le XXIème siècle : l'Agenda 21 qui en dresse les objectifs.

Le développement durable est une expression dont la définition la plus explicite demeure notre capacité à satisfaire nos besoins présents sans compromettre ceux des générations futures, ceci à l'échelle planétaire bien évidemment.
Ce concept dégage de vastes problématiques dans tous les domaines qui touchent à l'interaction des sociétés humaines dans leur cadre de vie : développement humain, environnement et risques, économie, dépendances et solidarité pour reprendre les thèmes abordés par Anne-Marie Sacquet dans son Atlas mondial du développement durable.

Le développement durable est une alternative inéluctable à notre mode de développement actuel qui épuise les ressources naturelles, creuse les écarts de richesse et ampute l'avenir des générations actuelles et futures.
C'est un projet sans précédent pour l'humanité : il s'agit d'assurer l'avenir de nos civilisations sur une planète dont les ressources sont limitées.

Un développement durable repose sur trois piliers principaux : social, environnemental et économique



Que signifie ce nouveau terme de « développement durable » ?
Qui, aujourd’hui, a la possibilité de mettre en application une politique de développement durable ? Les Etats dits démocratiques, ou « développés » ? Il a fallu attendre l’année 2002 pour voir une hausse sensible de l’aide au « développement », qui stagnait depuis 30 ans ! Les ONG et tous nos extraordinaires bénévoles qui se battent contre vents et marrées pour voir, un jour, inéluctablement, leurs efforts anéantis par le déclenchement d’un conflit ou les fluctuations du marché boursier ?

Une politique de développement... durable, comme son nom l’indique, se doit de prendre en considération des facteurs environnementaux qui permettront à l’Homme de CONTINUER à vivre sur sa terre d’accueil. Ces facteurs, le sous-sol, le sol, la mer, l’air sont les agents de la Vie et leur respect la garantie d’une vie future possible.


La planète bleue est recouverte à 70% par les mers et les océans. Régulateurs climatiques et atmosphériques, ces espaces sont indispensables à l'équilibre environnemental, notamment en absorbant le dioxyde de carbone, réduisant ainsi l'effet de serre.
Aujourd'hui, la pollution perturbe les courants marins, et donc le climat, et met en péril des millions d'espèces vivantes. Le phytoplancton (plancton végétal), à la base de la chaîne alimentaire marine, est sensible à la qualité de l'eau et à sa température; les rejets provenant de l'agriculture intensive et des égouts, les dégazages, la pêche sauvage mettent donc en péril l'écosystème.
Dans le Pacifique, le courant El Ninõ provoque des cyclones dévastateurs, des sécheresses ou des pluies diluviennes. Pour la seule année 2003, les dégazages multiples ont fait subir à la Méditerranée l'équivalent de 20 marées noires telle que celle du Prestige, coulé au large de l'Espagne en 2002 !
En 2004, aucune véritable coopération internationale ne tente de régler ce fléau qui met en péril la vie sur la terre.
Ce constat alarmant a été publié avant le Sommet mondial du développement durable de septembre 2002 à Johannesburg. Il n'a malheureusement pas été pris en compte, tout comme sont restées lettres mortes les résolutions du Sommet de la Terre de Rio de 1992 visant à réduire la pollution mondiale


Parmi les autres tendances inquiétantes figurent les changements climatiques et les perturbations qu’ils induisent, la destruction des écosystèmes aquatiques et la disparition rapide de certaines espèces, signes de pertes de la riche diversité biologique terrestre. Chaque jour, oui, chaque jour, deux à trois espèces animales ou végétales disparaissent de la surface de la terre !

Un autre exemple d’impuissance : depuis 1973, la CITES (Convention internationale du commerce des espèces sauvages) tente de contrôler le marché d'animaux et de plantes. Depuis l'année dernière, l'Afrique du Sud, la Namibie et le Botswana peuvent commercialiser leur stock d'ivoire d'éléphant, et la création de deux sanctuaires pour baleines dans le Pacifique Sud et l'Atlantique Sud a été refusée!

_________________
La sensation d'être heureux ou malheureux dépend rarement de notre état dans l'absolu, mais de notre perception de la situation, de notre capacité à nous satisfaire de ce que nous avons !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://espritnature.forumpro.fr
 
Le développement durable
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les Açores : Le Parc Naturel de Faial reçoit un prix pour sa gestion du développement durable
» La charte bio équitable Organic Fair Trade
» Touchons du bois !
» Ministère de l'écologie , du développement durable et de l'énergie
» Les pieds sur Terre - des avis?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ESPRIT NATURE :: ECOLOGIE-
Sauter vers: